Alors que la Belgique s’interroge sur les tensions que traversent son modèle de société, les liens de son histoire avec les immigrés d’Afrique (y compris le Maghreb) et leurs  descendants, en particulier musulmans ou ceux qui sont supposés l’être, demeurent le lieu de cristallisation des fractures nationales et internationales. Les discours  ‘’culturaliste’’ et ‘’racialiste’’  lancent des appels et formulent constamment des injonctions pour rappeler aux immigrés et leurs descendants de se prendre en main : ‘’le sursaut doit venir de la communauté musulmane…’’.

Il est indispensable de se pencher sur les multiples causes des difficultés que rencontrent ces derniers. Ces difficultés déjà identifiables depuis des années renvoient, entre autres, à la relégation scolaire, à la ségrégation spatiale, à l’exclusion du monde du travail et aux processus discriminatoire multiple à l’œuvre.

Des constats des organisations nationales et  internationales (OCDE, BIT…) plaident pour que les politiques publiques mises en œuvre soient renforcées par des mesures concrètes, précises, spécifiques de lutte contre les discriminations raciales.

Dans ce contexte, ce colloque se propose d’aborder les points suivants :

Le poids de l’assignation raciale dans le contexte actuel
Les sens de la  construction des processus de la discrimination intersectionnelle
Les discriminations raciales et la construction des inégalités
Les discriminations multiples (race, genre, classe, religion…) et l’accès à l’emploi
Les discriminations raciales, en lien avec l’accès à l’emploi, et leurs impacts vécues par les immigrés d’Afrique et leurs descendants

 

colloque6 (002).pub (Lecture seule)colloque verso2 (002).pub (Lecture seule)