Chargement Évènements

« All Évènements

  • Cet évènement est passé

L’humanisme est en crise. Né en Italie à la faveur de l’arrivée de savants grecs venus de Byzance, l’humanisme s’est confondu avec l’identité européenne durant plusieurs siècles. Les grands courants religieux et philosophiques s’y référèrent sans cesse, il est vrai parfois de façon idéologique (-isme), comme si la centralité de l’homme en tant que sujet pensant le monde, était une idée philosophiquement acquise. Les grands courants philosophique, scientifique, historique, philologique, artistique – et la déclinaison est loin d’être épuisée…-, se revendiquèrent ainsi de cette période qui, de l’essor des arts à Florence jusqu’aux Lumières, ne cessa de relancer le nécessaire débat d’idées qui rend une société dynamique et féconde. Les idées de conscience, de liberté, de raison, de progrès, se profilèrent ainsi dans le sillage de cette nouvelle façon de lire et dire l’homme. C’est donc de l’Homme avec un grand « H » dont il fut alors question.

Après la seconde guerre mondiale, plusieurs courants de pensée s’interrogèrent sur la pertinence d’une telle prospective inscrivant largement l’homme au centre de ses préoccupations et l’idéal de sa perfectibilité comme moteur de ses pensées et activités. L’évolution fulgurante de la technoscience, la mondialisation des échanges, les rivalités idéologiques entre « blocs politiques », les guerres endémiques ravageant notamment les anciennes colonies occidentales, l’émergence des réseaux sociaux et l’immédiateté des communications, l’omniprésence des médias dans tous les domaines, la pression écologique, les crises religieuses, les questionnements identitaires, pour ne citer que ces principales composantes de la problématique, sonnèrent en quelque sorte le glas d’une lecture optimiste du monde qui semblait révolue. L’idée du désenchantement s’imposa.

Plusieurs courants philosophiques (dont le marxisme, la psychanalyse, le structuralisme) mirent en question la pertinence de l’idée de la liberté humaine hypothéquant du même coup celle d’une conscience capable de délibérer entre le juste et l’injuste. Parallèlement, le posthumanisme et le transhumanisme, affirmant à la fois le dépassement de la condition humaine par la technoscience ou la nécessité d’augmenter l’être humain pour l’affranchir de la souffrance et, pourquoi pas, de la mort, réinterrogèrent le concept d’humanisme suggérant son inéluctable dépassement. On aurait changé de paradigme.

Détails

Date :
7/05
Heure :
19 h 30 min
Catégorie d’Évènement:

Organisateur

Extension de l’ULB
Téléphone :
0497/52 58 16
E-mail :
reniergodaux@skynet.be

Lieu

Le Palace
Place Jules Mansart
La Louvière, 7100 Belgique
+ Google Map
Site Web :
http://www.cestcentral.be/